Zone du savoir

Retour

Production de tourbe de sphaigne et durabilité au Canada

Au Canada, il y a une abondance de tourbières et les producteurs respectent des principes d'utilisation responsable en matière de récolte et de préservation. Les tourbières se sont formées il y a plusieurs siècles après la fin de la dernière période glacière, et elles continuent de se développer avec la lente accumulation de débris végétaux. Ces zones sont classées comme un type de milieu humide.

Au Canada, ces milieux humides sont apparus après la fonte des glaciers et l'accumulation d'eau dans les dépressions peu profondes de sols mal drainés. Les conditions étaient fraîches et humides, et l'environnement pauvre en oxygène. En raison des températures fraîches, l'action des bactéries est limitée. Ainsi, le taux de croissance de la tourbe de sphaigne surpasse le taux de décomposition. Avec le temps, les débris de mousse en décomposition lente se sont accumulés, formant un dépôt de tourbe pouvant atteindre plus de 6 mètres de profondeur à certains endroits. Le taux d'accumulation de la tourbe de sphaigne dans les tourbières canadiennes varie entre 0,5 mm et 1 mm chaque année.

Les tourbières couvrent environ 113,6 millions d'hectares au Canada, ou approximativement  13 % de la superficie du pays, et il y en a dans toutes les provinces. La plus grande concentration de tourbières se trouve dans les basses terres de la Baie d'Hudson de l'Ontario et du Manitoba. On en retrouve aussi en abondance dans le nord de l'Alberta, dans le centre de la Saskatchewan, au Québec et dans les provinces de l'Atlantique.

 

Répartition des tourbières dans les provinces et territoires canadiens PRO-MIX Horticulture

"Tableau 1. Répartition des tourbières dans les provinces et territoires canadiens"

 

Des 113,6 millions d'hectares (ha) canadiens, moins de 0,03 % ont été ou sont présentement utilisés pour la production de tourbe horticole (29 750 ha). En 2015, de ces 29 750 ha, 58 % étaient en cours d'exploitation et 25 % ont été restaurés. La superficie qui doit encore être restaurée représentait 15 % de la superficie totale, tandis que 2 % ont été convertis pour une autre utilisation (surtout pour l'agriculture). Si l'on considère la superficie totale des tourbières en croissance continue et la quantité de tourbe de sphaigne récoltée, la croissance de la tourbe de sphaigne canadienne dépasse largement le taux de récolte.

Au Canada, presque toute la tourbe de sphaigne est récoltée avec des aspirateurs. Pour récolter une nouvelle section de tourbière, la couche supérieure de matériel végétal, s'il y en a une, doit d'abord être enlevée. Cela inclut les arbres (ex. : mélèze laricin, épinette noire), les plantes de la famille des Éricacées (ex. : bleuets, thé du Labrador, rhododendrons) ainsi que certaines plantes carnivores (ex. : sarracénie pourpre, Drosera). Une fois cette végétation enlevée, la surface de la tourbière est dégagée afin de pouvoir accéder à la tourbe de sphaigne vivante. Cette tourbe est enlevée et relocalisée dans une autre section de la tourbière dans un objectif de restauration et de durabilité. La tourbe de sphaigne qui se trouve en-dessous est hersée et retournée afin d'être séchée par le soleil et le vent. Un aspirateur est utilisé pour recueillir la tourbe de sphaigne, laquelle est ensuite transportée à l'usine pour être traitée.

vaccum-harvester-peat-moss PRO-MIX Greenhouse Growing

"Photo 1 : Aspirateur de tourbe 2 têtes. Source : Premier Tech Horticulture"

 

La tourbe de sphaigne canadienne est récoltée de mai à la mi-septembre. Après la fonte des neiges, les journées plus chaudes apportent le soleil et le temps sec, qui sèche la tourbe et permet la récolte. La troisième ou quatrième journée, les aspirateurs recueillent la tourbe de sphaigne. S'il pleut lors de cette période, 2 ou 3 jours supplémentaires sont requis pour le séchage de la tourbe. De nos jours, avec les conditions météorologiques changeantes et le réchauffement climatique, il est moins fréquent d'avoir une semaine complète de temps clair et sec que par le passé. Les producteurs de tourbe de sphaigne canadiens doivent donc trouver des façons innovantes de récolter suffisamment de tourbe pour satisfaire les demandes de l'industrie. Grâce à la gestion durable de la tourbe de sphaigne canadienne,  cette ressource demeurera disponible pendant de nombreuses générations. 

Pour toute question, n'hésitez pas à communiquer avec votre représentante du Service horticole de Premier Tech Horticulture :

Susan Parent du service horticole PRO-MIX

Susan Parent
Spécialiste horticole

 

Références :

  • Tableau 1 : Tarnocai, Kettles & Lacette, 2011. Peatlands of Canada. Geological Survey of Canada. Open File 6561 (digital database)

Articles reliés