Zone du savoir

Retour

Gestion des tourbières de mousse de sphaigne horticole

Peatland restoration

Gestion environnementale de Premier Tech

La mousse de sphaigne est l’ingrédient le plus important dans les substrats de culture, en partie en raison de ses caractéristiques exceptionnelles, la faisant la composante de base idéale. La tourbe de mousse de sphaigne est appréciée des producteurs et des jardiniers puisqu’elle est pratiquement exempte de mauvaises herbes, d’insectes et de maladies. Elle a également une grande capacité de rétention d’eau ainsi qu’une bonne aération, un pouvoir tampon inégalé, est constant d’année en année, améliore la capacité d’échange cationique et les cultures y prospèrent. Cependant, de nombreuses questions on été soulevées à son sujet. D’où provient-elle? Quelle est la quantité disponible? Combien de temps cette précieuse ressource durera-t-elle? Etc.

Alors que tous les producteurs s’accordent sur le fait que la restauration est essentielle afin maintenir cette précieuse ressource pour les générations futures, la recherche aide l’industrie à évoluer et apporte de nouvelles mesures dans la gestion responsable des tourbières. Les concepts tels que l’utilisation responsable de la tourbe viennent de la science au niveau national et international.

Premier Tech a développé un programme de restauration qui inclut une politique et des procédures pour l’ouverture et la fermeture des tourbières. Ce programme permet d’uniformiser les principes de gestion qui sont suivis sur tous les sites de tourbières. L’objectif de cette approche de gestion environnementale est de garantir la conservation de la mousse de sphaigne pour les générations futures.

La formation de la mousse de sphaigne horticole 

Afin de mieux comprendre le pourquoi et le comment de la restauration, examinons d’abord la plante de sphaigne. Il existe plus de 335 espèces de sphaigne autour du monde dont environ 16 espèces au Canda.

Approximativement 5 espèces sont dominantes dans les tourbières du Canada, mais elles sont généralement limitées à 3 espèces dans une tourbière et une région donnée. La sphaigne est une plante non vasculaire (sans racine) qui croit dans l’eau acide provenant des précipitations.

Au fur et à mesure de sa croissance, la sphaigne laisse derrière elle des parties mortes, constituées de la structure cellulosique et hémicellulosique de la plante, qui s’accumulent dans l’eau et que nous appelons tourbe (figure 1). Sa structure unique retient l’eau sur les feuilles, entre les feuilles et les tiges et à l’intérieur de la structure cellulaire. Inversement, l’air se trouve là où l’eau n’est pas présente.

Sphagnum peat plant

Figure 1. Plante de sphaigne

Les tourbières de mousse de sphaigne se trouvent dans les régions boréales des hémisphères nord et sud. La combinaison d’un environnement aqueux acide et pauvre en nutriments avec les températures fraîches offre des conditions idéales pour la croissance de la sphaigne. Les températures fraîches et l’absence d’oxygène préservent les couches organiques et fibreuses de la tourbe. Au Canada, les tourbières, telles que dans la Figure 2, couvre environ 113,6 millions d’hectares (281 millions d’acres) ou environ 11% du territoire. Pour faire bonne mesure, la récolte est présentement active sur environ 12 000 hectares (30 000 acres) représentant 0,01% de toutes les tourbières canadiennes.

Typical peat bog

Figure 2. Tourbière typique

La récolte de la mousse de sphaigne horticole

Au Canada, la récolte de la tour a commencé dans la région du Bas-Saint-Laurent (Québec) aux environs de 1933. Pendant plusieurs années, la tourbe était récoltée par sections, en blocs, à l’aide d’outils manuels. En 1967, les méthodes de récolte de Premier Tech ont été remplacées par des récolteuses mécaniques à aspirateur, qui sont devenues la norme au Canada aujourd'hui. Il est important de le mentionner, car les méthodes de récolte ont un impact sur la façon dont les tourbières sont restaurées.

Certaines tourbières à sphaigne sont boisées, d'autres non. En fonction de leur âge géologique, les tourbières à sphaignes peuvent avoir ou non des plantes plus hautes poussant à leur surface. Les plantes plus grandes comprennent le mélèze, l'épicéa et les plantes du genre Ericacea (bleuet, canneberges, rhododendron, etc.).

Dans tous les cas, la récolte de la tourbe de sphaigne horticole commence par le détournement de l'eau dans la tourbière. Pour ce faire, on creuse une série de fossés dans une section de la tourbière afin de canaliser l'eau et d'abaisser la nappe phréatique. Il est important de maintenir un niveau d'eau adéquat dans la tourbière, car l'introduction d'air accélère la décomposition des couches inférieures de tourbe végétative de la tourbière. Une attention particulière est nécessaire pour maintenir un niveau d'eau optimal pour la gestion de la tourbe, mais il faut retirer suffisamment d'eau pour permettre à l'équipement de fonctionner sur la surface de la tourbière sans " couler ".

La gestion de l'eau à elle seule peut prendre jusqu'à un an. Une fois que la nappe phréatique est abaissée à un niveau gérable, des équipements peuvent pénétrer dans la tourbière pour préparer sa surface. S'il y a des arbres, ils sont coupés et les troncs sont utilisés pour construire des routes à l'intérieur de la tourbière, puis les grosses souches et la végétation plus petite sont enlevées.

Dans le passé, la surface contenant de la mousse de sphaigne vivante était labourée pour détacher la surface et raclée. Aujourd'hui, cette couche est soigneusement retirée pour être utilisée sur les sites de restauration. Cette mousse de sphaigne vivante est récoltée et utilisée comme plante donneuse pour propager la mousse de sphaigne dans les tourbières qui ne sont plus exploitées.

Une fois que la surface a été labourée pour ameublir la couche compacte, les tracteurs tirent des herses spécialisées pour peigner la surface et "rouler" la tourbe ameublie afin que le soleil et l'air puissent sécher la mousse de sphaigne.

Une fois séchée au niveau optimal, la tourbe de sphaigne fibreuse blonde à brun clair est récoltée à l'aide de grandes récolteuses à aspiration. Cet équipement traverse la surface de la tourbière en aspirant la tourbe de sphaigne séchée dans un grand bidon d'une capacité d'environ 1 800 pi3. Il ne faut que 15 minutes à une récolteuse dotée d'une voie d'aspiration de 25 pieds de large pour remplir son bidon. Après le remplissage, l'abatteuse décharge la tourbe de sphaigne dans de grands tas, qui sont ensuite transportés à l'usine pour le criblage, le calibrage, le contrôle de la qualité et l'emballage.

La taille et la profondeur d'une tourbière de sphaigne déterminent le nombre d'années pendant lesquelles la tourbe peut être récoltée. Les couches supérieures de la tourbière possèdent une tourbe blonde fibreuse, qui est la tourbe la plus jeune, géologiquement parlant. Au fur et à mesure que les couches de la tourbière sont exploitées, le degré de décomposition et d'humification augmente, tout comme l'âge de la tourbe de sphaigne.

Les tourbes plus anciennes sont de couleur plus foncée et possèdent des fibres plus courtes. Les tourbières peu profondes sont exploitées pendant 7 à 10 ans au maximum. Certaines tourbières profondes peuvent être en production pendant plus de 50 ans. Dans la plupart des cas, les couches supérieures de tourbe fibreuse sont récoltées à des fins horticoles, laissant derrière elles les couches brun foncé à fibres courtes. Ces sites sont restaurés pour permettre l'accumulation naturelle de tourbe de sphaigne, de végétaux indigènes et de faune.

Restauration des tourbières de sphaigne horticole

En 1991, l'Association des producteurs de tourbe du Canada a élaboré une politique de développement et de restauration des tourbières. Puisque peu d'informations étaient alors connues sur la restauration des tourbières, un projet de recherche de trois ans a été accordé à l'Université Laval afin de déterminer les différentes méthodes de restauration. En tant que gestionnaire expert des milieux humides et membre de l'équipe de recherche, Premier Tech a participé activement à ce projet.

Après plusieurs années de recherches et d'essais, une méthode et une procédure de restauration de l'écosystème des tourbières ont été élaborées pour l'industrie horticole de la tourbe. La restauration des tourbières commence par l'obstruction des fossés de drainage à l'intérieur de la tourbière. Cela permet à l'eau des précipitations de saturer à nouveau la tourbière. Une fois que la nappe phréatique est remontée juste en dessous de la surface de la tourbière, des plantes vivantes de Sphagnum sont prélevées sur des sites adjacents qui ont été récemment ouverts à la récolte ou sur des sites donneurs qui ont été identifiés avant le développement de la tourbière et sont amenées dans la zone de restauration.

Là, les plantes de Sphagnum sont épandues avec un épandeur à fumier et légèrement recouvertes de paille pour maintenir l'humidité et éviter qu'elles ne se dessèchent. La meilleure période de l'année pour la réintroduction des plantes de Sphaigne est l'automne. Après la réintroduction, une attention particulière est accordée au maintien du niveau d'eau dans la tourbière pour assurer la croissance de la nouvelle végétation.


Sphagnum moss growing under straw

Figure 3. Sphaigne poussant sous la paille.


Après quelques années, on peut observer différentes espèces de sphaigne qui croissent dans la tourbière (Figure 3). Il s'agit notamment de S. fallax, S. cappillifolium, S. russowi S. fuscum, qui se développent toutes en fonction de la quantité d'eau disponible (certaines sont authentiquement aquatiques, d'autres terrestres). Lorsque la sphaigne s'installe (figure 4), elle est souvent mélangée à de la mousse verte, à des plantes carnivores comme la sarracénie pourpre et le rossolis à feuilles rondes, à des feuilles de cuir, au laurier des marais, à la petite airelle des marais et à l'épinette noire.

Sphagnum moss colony well established

Figure 4. Colonie de sphaigne bien établie – Juin 1998.

Pour Premier Tech, la première mise en œuvre de la restauration à grande échelle a débuté en 1995. En 1999, les efforts de restauration de Premier Tech se sont étendus vers l'ouest pour une tourbière en Saskatchewan. À ce jour, des tourbières restaurées existent au Nouveau-Brunswick, au Québec, au Manitoba, en Saskatchewan, en Alberta et au Minnesota.

La restauration est un processus continu sur plus de 85 % des tourbières où l'exploitation a eu lieu depuis 1933 et où les activités d'exploitation ont cessé dans les environs. Aujourd'hui, plus de 70 % de ces zones restaurées se développent en écosystèmes naturels et résilients.

Dans l'ensemble, on observe de bons résultats pour l'établissement de Sphagnum et d'autres plantes de tourbières sur ces sites. L'avenir s'annonce prometteur, compte tenu de la complexité et du temps qu'il faut pour que les tourbières redeviennent des écosystèmes fonctionnels (figure 5).

Restoration site - Premier Tech

Figure 5. Site de restauration. Premier Tech.

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec votre représentant du Service horticole de Premier Tech.

Susan Parent du service horticole PRO-MIX

Susan Parent
Spécialiste horticole

PRO-MIX® est une marque déposée de Premier Horticulture ltée.

Articles reliés

Vos informations pour la saison 2021

Accédez à toutes les informations dont vous avez besoin pour démarrer la saison du bon pied.