Les substrats de culture et les mycorhizes au service des horticulteurs urbains

Article en-us | Urban horticulture

 

 

Dans un article précédent intitulé "Le jardinage urbain : une tendance de plus en plus populaire", nous avons traité des éléments de base de l'agriculture urbaine, en mettant l'accent sur les jardins sur toits. Dans cet article, nous nous concentrerons sur les propriétés de substrat de culture idéales pour le jardinage sur toit, et sur comment les mycorhizes peuvent aider les horticulteurs urbains.

La culture sur toit (ou autres endroits extérieurs d'un bâtiment) représente un défi en raison de la chaleur intense en été, du manque d'eau, des forts vents, etc. Utiliser des mycorhizes et choisir un substrat de culture dont les propriétés s’adaptent aux conditions difficiles et respectent les exigences des cultures facilitera le travail.

Sélectionner le bon substrat de culture pour l’horticulture urbaine

Éléments à prendre en considération en choisissant un substrat

Lors du choix d'un substrat de culture pour un jardin sur toit, tenez compte de la moyenne des précipitations lors des mois d'été, des températures moyennes (hautes et basses) pendant la période de culture, des types de plantes qui seront cultivées et de leurs besoins.

Si vous vous trouvez dans une région très humide ou pluvieuse pendant la période de culture, vous aurez besoin d'un substrat qui sèche rapidement. En revanche, dans un environnement plus sec, il est préférable d'utiliser un substrat qui retient l'eau afin de minimiser le stress lié à la sécheresse.

Au cours des dernières années, la performance des substrats de culture sur les toits a été évaluée en Europe, particulièrement sur les toits verts. Il a été déterminé que la propriété physique la plus importante qu'un substrat devrait avoir est une bonne capacité de drainage.

Trouver un substrat ayant une bonne capacité de drainage ainsi qu'une bonne rétention d'eau peut poser un sérieux défi. Selon Latshaw, le substrat de culture idéal devrait avoir les propriétés suivantes:

Pourquoi éviter le terreau en horticulture urbaine

En ce qui a trait à la manipulation, et pour des raisons pratiques, il peut être difficile d'utiliser un terreau ou de la terre à jardin pour le jardinage sur toit, en comparaison avec un substrat sans terre fabriqué. Ces produits ne sont pas seulement grossiers et lourds, ils peuvent également contenir des contaminants chimiques et des pathogènes.

S'ils ne sont pas tamisés, ils peuvent aussi contenir des roches ou des débris qui peuvent les rendre irréguliers. Le poids saturé d'un terreau peut atteindre 120 lb/pi3 (7,5 kg/m3), ce qui est beaucoup trop élevé pour le jardinage sur toit. Le poids saturé d'un substrat de culture pour le jardinage sur toit devrait se situer entre 48 et 65 lb/pi3 (3-4 kg/m3).

Pourquoi choisir un substrat à base de tourbe?

Les substrats sans terre à base de tourbe utilisés dans les pépinières et les serres sont les plus appropriés pour la culture sur toit puisqu'ils ont une grande porosité en air et un poids saturé de seulement 55 lb/pi3 (3,4 kg/m3) (voir le tableau 1 ci-dessous). Toutefois, les substrats à base de tourbe peuvent sécher rapidement et se compacter avec le temps.

Même si cela ne réduira pas le temps de séchage, il est préférable d'amender un substrat de culture à base de tourbe avec un agrégat minéral ou d'autres ingrédients, comme l'écorce, afin de limiter la perte de volume due à la compaction pendant la période de culture.

L'écorce est un bon ingrédient, mais ajoute du poids et devrait donc être limitée à un maximum de 30% du volume du substrat de culture. L'argile calcinée, expansée et les autres produits d'argile limitent également la compaction et améliorent la stabilité. Cependant, tout comme pour l'écorce, la quantité ajoutée ne devrait pas excéder 30 % du volume du substrat en raison du poids additionnel.

Tableau 1. Poids secs et saturés des composants de substrats de culture. Les poids sont approximatifs et peuvent varier selon différents produits.
Ingrédients lb/pi3 sec lb/pi 3 saturé
Eau - 62,4
Vermiculite 5,75 24,5
Perlite 6,5 32,4
Tourbe de Sphaigne 9,6 70
Écorce broyée 17 55
Compost 32 82
Argile expansée 40 54
Loam 80 120
Sable 50 72

Le compost est-il une bonne option pour l'horticulture urbaine?

L'ajout de compost à un substrat de culture à base de tourbe permet une bonne rétention d'eau lors des journées chaudes, lorsque les plantes utilisent beaucoup d'eau. Toutefois, le compost contient de fines particules qui peuvent bloquer l'espace occupé par l'air dans le substrat de culture. Le compost augmente également le poids du substrat, et son pH élevé (typiquement de près de 7.0) peut faire augmenter celui du substrat.

Le pH idéal pour la plupart des plantes devrait être de 6.0 ou moins, particulièrement pour les pétunias, les calibrachoas et les bleuets. Si du compost est utilisé, il ne faut pas excéder 10% du volume du substrat afin de minimiser la perte d'aération, l'augmentation du poids du substrat et l'augmentation du pH.

Substrats de culture à base de tourbe avec du coco en morceaux

Les substrats à base de tourbe contenant des morceaux de coco seraient également appropriés pour le jardinage sur toit. Ils fournissent une bonne aération aux racines des plantes, se compactent moins avec le temps, et ne sèchent pas aussi rapidement que les substrats à base de tourbe. Ils sont faciles à manipuler et sont disponibles en emballages compressés. Cela permet d'utiliser un plus petit espace d'entreposage que pour les sacs non compressés. Ces substrats peuvent aussi être amendés avec des agrégats d'argile pour une durabilité optimale.

Premier Tech offre un substrat composé de coco en morceaux, le PRO-MIX HPCC MYCORRHIZAE, qui a une bonne capacité de drainage et une bonne porosité pour la culture sur les toits. Il contient des mycorhizes, un ingrédient actif naturel qui s'est avéré bénéfique pour les plantes dans des environnements stressants en améliorant leur absorption d'eau et de nutriments, réduisant ainsi les effets du stress sur les plantes.

Les mycorhizes au service de l’agriculteur urbain

Les bénéfices des champignons mycorhiziens

L’utilisation d’inoculants mycorhiziens s’avère une solution intéressante pour permettre aux végétaux de lutter contre les aléas de Dame Nature. Ils seront particulièrement utiles pour aider les plantes à croître et survivre malgré le manque d’eau et les chaleurs excessives qu’elles risquent de vivre de plus en plus fréquemment en raison des changements climatiques, notamment en milieu urbain. Les principaux bienfaits des mycorhizes incluent:

Quelles plantes bénéficient des champignons mycorhiziens?

La grande majorité des espèces de plantes utilisées en horticulture urbaine vont bénéficier de la présence de champignons mycorhiziens. Dans la gamme de produits PRO-MIX MYCORRHIZAE, les inoculants mycorhiziens sont pré-mélangés dans le substrat de culture.

Au contact, les champignons mycorhiziens sont facilement disponibles pour coloniser les racines des plantes afin de les aider à s’établir dans leur nouvel environnement de sol.

Voici des exemples de plantes qui répondent bien aux inoculants mycorhiziens (figures 1, 2 et 3):

La ciboulette de droite a été inoculée avec des champignons mycorhiziens
Figure 1. La ciboulette de droite, inoculée avec des champignons mycorhiziens, est plus développée que celle de gauche, qui n'a reçu aucune inoculation. Source : Premier Tech
Le gerbera de droite a été inoculé de champignons mycorhiziens et possède plus de racines
Figure 2. Le gerbera de droite a été inoculé avec des champignons mycorhiziens; son système racinaire est plus développé et sa floraison plus avancée que celui de gauche, qui n'a reçu aucune inoculation. Source : Premier Tech
Le plant d'agrumes de droite a été inoculé de champignons mycorhiziens.
Figure 3. Le plant d'agrumes de droite a été inoculé avec des champignons mycorhiziens; son système racinaire est plus développé que celui de droite, qui n'a reçu aucune inoculation. Source: Premier Tech

Quelques applications pratiques des mycorhizes

Les effets des mycorhizes sont particulièrement importants lors d’épisodes de stress vécus par la plante. Plus le stress est important, plus la plante recourra à l’aide culturale que procurent les mycorhizes, et plus la plante en profitera.

Selon les espèces de plantes, les avantages mesurables des mycorhizes sont variables (Tableau 2).

Tableau 2. Effet des mycorhizes sur différentes espèces de végétaux comparativement à des végétaux non mycorhizés.
Espèces Conditions de culture Résultats obtenus Lieu de recherche
Genévrier En contenant et en champ Hauteur et largeur du plant supérieures Université Laval
Gleditsia En champ Diamètre plus important du tronc Université McGill
Vigne En contenant et en champ Tige plus longue Université d'État du Michigan
Magnolia En contenant Gain de croissance du plant Université d'État de Washington
Érable En contenant et en champ Meilleur taux de reprise, diamètre du tronc et gain de croissance supérieurs Université Laval et Université de Guelph
Ipomée En contenant Nombre de feuilles et diamètre de la tige supérieurs Université A&M du Texas

Alors que les conditions difficiles peuvent rendre l’horticulture urbaine plus difficile, choisir le bon substrat de culture avec mycorhizes donnera aux horticulteurs la .

  • Bonne capacité de drainage et bonne aération
  • Bonne capacité de rétention d'eau (sans devenir saturé d'eau ou lourd)
  • Bonne capacité d'échange cationique
  • Résistance à la décomposition ou biodégradation
  • Léger, mais robuste (résistance à la perte de volume et au déplacement par le vent)
  • Stable (pour soutenir les plantes)
  • Meilleure assimilation des éléments nutritifs (dont le phosphore, le cuivre, le zinc et le manganèse)
  • Résistance accrue aux stress de transplantation, carences, pourritures racinaires et sécheresses
  • Reprise et croissance optimales après la transplantation
  • Augmentation de la vigueur des plantes, de la floraison et de la production de fruits et légumes
  • Cultures légumières en milieu urbain, en sol ou en plateau : oignons, ail, carottes, pommes de terre, tomates, poivrons, cucurbitacées, asperges, fines herbes et laitue
  • Annuelles plantées en jardinière ou en plate-bande : salvia, graminées ornementales, canna, fougères, aloès, gerbera
  • Vivaces plantées en contenants ou en plate-bande : hosta, rosier, lavande, thym, échinacée, monarde et nepeta
  • Arbres et arbustes d'aménagement : arbres fruitiers, féviers, genévriers, thuyas, érables, lilas et ormes